La généalogie en mode collaboratif

Science auxiliaire de l’histoire, la généalogie a pris beaucoup d’essor ces dernières décennies et les technologies liées aux big data sont en train de révolutionner la pratique. Il est loin le temps où l’accès aux sites des archives départementales était payant et où le généalogiste en herbe devait trouver la possibilité de consulter les registres et s’armer de patience. Depuis quelques années, ces informations sont désormais considérées comme faisant partie du patrimoine commun et disponibles en ligne. Mais de nouveaux acteurs de la généalogie viennent désormais parfaire ce service en proposant une indexation très poussée de ces ressources. Plus la peine de chercher des dates, des indices, les actes sont intégralement indexés, il suffit de taper le nom de la personne recherchée dans une base de données, le plus souvent payante. Chacun décidera des moyens appropriés pour mener une recherche fructueuse sans qu’elle soit dénuée de l’esprit d’enquête façon Sherlock Holmes qui lui donne tout son piquant. Reste à penser que dans quelques décennies, la généalogie « à l’ancienne » sera passée de mode.

En attendant, la généalogie s’inscrit également dans une démarche de science participative. Certains réseaux ou associations de généalogistes (dès le 18ème siècle, certaines sociétés savantes menaient ce travail), proposent à leurs membres d’indexer à titre bénévole des actes, des blasons, des fonds spécifiques, des cartes postales et même les tombes en état d’abandon. Porté par le site Geneanet depuis quelques années, ce projet spécifique intitulé «Sauvons nos tombes», peut sembler surprenant au premier abord mais c’est une démarche intéressante et utile pour les généalogistes, les historiens et parfois pour la sauvegarde d’un patrimoine funéraire remarquable. Encadré par une charte de bonnes pratiques, ce projet est ouvert à tous. Les photographies restent la propriété de leurs auteurs et sont publiées sous licence Creative commons. Début novembre, « Sauvons nos tombes » avait fait l’objet d’un reportage dans Télé matin.

Partager cet article Cliquez pour tweeter